la peinture nitescente

Texte de Christian Malaurie (2013)

Le travail plastique d’Albane Roux s’attache à la peinture, mais son geste plastique s’apparente plus à celui du sculpteur qu’à celui du peintre. En effet, chaque pose de matière sur la toile n’est pas pour elle destiné seulement à produire une touche de couleur, à créer une graphie chromatique ayant une valeur tactile, cinétique ou expressive, mais d’abord un geste. Un geste, c’est-à-dire ni une expression ou une action mais un mouvement intérieur qui permet de retrouver « quelque chose » de la constitution d’un sujet, d’une singularité œuvranLe geste porte la chose à l'expérience de la perception, au-delà d’un désir de représentation du réel il fait advenir au monde l’infigurable. En ce sens la peinture d’Albane Roux se tient au-delà du débat un peu stérile entre figuration et non figuration, car l’abstraction pour elle est un espace vivant, un lieu d’expériences ouvert sur le monde. Olivier Debré a formalisé sous le terme d’« abstraction fervente », une nouvelle destinée pour la peinture qui se tienne au-delà de la question de la représentation car préoccupée avant tout de « traduire la sensation », en se tenant devant un être ou dans la nature. La peinture d’Albane Roux s’inscrit dans cette esthétique.

La tradition picturale qui anime sa création est celle de la nouvelle Ecole de Paris qui triomphe dans les années 1950, avec, outre Olivier Debré, Hans Hartung, Nicolas de Staël, Zao Wou ki, Pierre Soulages, etc. Le travail pictural de Zao Wou ki; est par bien des manières en filiation directe avec celui d’Albane Roux, sensible aux passages entre orient et occident. En effet, les formes picturales qui animent ses tableaux empruntent implicitement à ces deux cultures.

La trajectoire de création d’Albane Roux, est marquée par trois moments qui correspondent à deux processus de création bien distincts mais qui peuvent se côtoyer. Le premier processus, à partir d’une image de mémoire comme par exemple : une image de « poilu » de la guerre 14-18, une image de mariés, de communiante, etc., conduit le geste de l’artiste à « voiler par le blanc » à « évider par le blanc » en recouvrant de peinture les figures présentes sur l’image. Seul, subsiste alors des détails visibles pour le spectateur, des mains, une oreille, un bout de chaussure vernis, etc. L’image première, une image figurative stéréotypée, est donc devenue invisible, enfouie dans l’image seconde, une image de peinture. Peindre constitue ici un geste rageur, un geste de sculpture. « Je construis parce que je détruis » dit-elle. Le second processus concerne la période des « Paysages ». Albane Roux décrit de la manière suivante sa genèse : « Quand il n’y a plus eu de séparation entre le dehors et le dedans, j’ai pu entrer dans la diagonale et trouver un mouvement unificateur, qui rassemble, qui réunit tous les éléments construisant l’unité de la toile ». Tout d’abord, « Choisir le moment de peinture et à partir du ressenti, capter ce qui se passe », puis « Poser une couleur, la regarder vivre. Y associer une autre ».

Le moment « paysages » m’a incité à passer au grand format. « Paysage et intérieur du corps sont décrits de la même façon, dedans dehors deviennent les mêmes ... Je peins toutes les peaux, les enveloppes du corps … M’enfouir toujours plus loin, laisser des mues sur mon passage … Les textures de mes peintures ressemblent à des écailles ou de fines pellicules blanches de tendresse. Le mouvement sur la toile c’est la vie ». Albane Roux aime l’emploi du goudron, du noir qui ponctue dans ses toiles les couleurs, le blanc iridescent. Le goudron est le matériau privilégié qui l’a incitée à l’emploi du noir d’abord sans transparence, opaque avec le goudron à l’eau, puis jouant avec la transparence des glacis par le goudron à l’huile. Elle utilise aussi la cire de carnauba, un matériau écologique issu des feuilles d’un palmier du Brésil. Paradoxe et liberté de l’artiste qui trouve dans le monde les éléments nécessaires à sa création.

La peinture d’Albane Roux est une respiration, un mouvement qui invite le spectateur à un voyage intérieur ouvert sur le monde.

peinture contemporaine ciel,éclaircissement

Peindre  au plus prés des vibrations du monde
Visit Us On FacebookVisit Us On Linkedin